Accueil > Micro-entreprise > Auto-entrepreneur et Freelance : bien connaître ces statuts avant de penser à la domiciliation d’entreprise.

Auto-entrepreneur et Freelance : bien connaître ces statuts avant de penser à la domiciliation d’entreprise.

Il n’est pas rare pour un travailleur en Freelance d’entendre son entourage le qualifier d’auto-entrepreneur. Cela est tout aussi vrai pour l’inverse. Pourtant, bien qu’ils aient beaucoup de choses en commun, ces deux statuts ne peuvent pas être inter-changés, car cela impliquera de nombreux changements. Voici donc ce qu’il y à connaître à leurs propos pour savoir lequel est meilleur au moment de choisir.

Qu’est-ce qu’un auto-entrepreneur ?

Toute personne voulant préserver son indépendance dans l’exercice de ses activités peut choisir de devenir auto-entrepreneur. Pour la plupart d’entre nous, il s’agit d’un statut juridique. Ce qui n’est pourtant pas le cas. C’est plutôt un régime, car être entrepreneur implique de se soumettre à la fois à un régime social et à un régime fiscal. L’auto-entrepreneur est donc à la tête de son entreprise individuelle. Il a le choix entre diverses options en matière sociale et fiscale. Il a ainsi la possibilité de s’enregistrer en tant que travailleur non salarié au régime micro social ou choisir d’être soumis à l’impôt sur le revenu. On peut ainsi dire que l’auto-entrepreneur est un entrepreneur bénéficiant de la simplification de ses régimes fiscaux et sociaux. Le paiement de ses charges sociales se fera proportionnellement à l’évolution de son chiffre d’affaires. Il en sera de même pour l’impôt sur le revenu, après une période de fiscalisation exclusive au prorata des revenus accumulés sur l’année.

Qu’est-ce qu’un Freelance ?

C’est le meilleur statut pour les personnes pour lesquelles indépendance rime avec grande liberté. En effet, le travailleur Freelance a le choix entre devenir auto-entrepreneur, se soumettre au régime normal d’entrepreneur individuel  ou créer son entreprise. Il n’est donc pas forcement un auto-entrepreneur même si la plupart d’entre nous pensent le contraire.

Sa grande liberté ne concerne seulement pas le choix de son régime et/ou de son statut. Elle réside aussi dans la possibilité pour lui de travailler avec n’importe quelle entreprise individuelle, société ou Freelance. Rien ne l’empêche, par ailleurs, de troquer, à certains moments, ne sont statut de Freelance pour un CDD, un CCT ou un autre type de contrat.

Un Freelance travaille généralement dans un domaine bien défini, mais depuis quelques années, on constate l’augmentation en nombre des personnes choisissant ce statut ayant divers domaines de compétences. Force est cependant de constater que rares sont les organisations et les professionnels qui s’intéressent aux Freelances qui prétendent tout maîtriser.

Ce qui différencie les deux statuts

Qui est le vrai patron ? La réponse à cette question permet de connaître la plus importante différence entre l’auto-entrepreneur et le travailleur en Freelance. En effet, si le  premier travaille pour son propre compte, le deuxième monétise ses prestations avec une entreprise ou un autre individu. Ce qui implique donc qu’il doit se soumettre à l’exigence de ce dernier. Affirmer qu’on est son propre patron quand on travaille en Freelance semble donc inadapté. Ce qui n’est pas le cas avec le statut d’auto-entrepreneur.

La deuxième différence réside dans le fait que l’auto-entrepreneur peut, de temps à autre, occuper un autre poste en dehors de sa micro-entreprise. Ce qui n’est pas souvent le cas du freelancer qui, pour pouvoir bien répondre aux demandes de ses clients, ne pourra pas profiter de cette possibilité.

En dernier lieu se trouve la possibilité pour le micro-entrepreneur de déclarer insaisissable auprès d’un notaire ses biens fonciers non exploités par sa micro-entreprise. Aucune démarche similaire n’existe pour le travailleur en Freelance.

Que choisir entre les deux ?

Les experts sont unanimes sur le sujet. Pour commencer à travailler pour son propre compte, le statut d’auto-entrepreneur constitue un meilleur choix. Cela est dû à la simplification du régime social et du régime fiscal. Il est en effet avantageux, pour un début, de ne payer au fisc qu’en fonction du revenu lié à ses activités. Mais derrière cela se trouve un inconvénient non négligeable pour la suite desdites activités : la limite à ne pas dépasser en termes de chiffre d’affaires. Raison pour laquelle, il est utile, par la suite, d’opter pour un statut d’indépendant. Ces seuls éléments ne suffisent pas tout de même pour se fixer sur le choix entre les deux statuts. Il faut aussi se référer aux attentes prévisionnelles et au secteur d’activité dans laquelle on s’exerce.

A noter que quel que soit le statut choisi, le recours à une société de domiciliation est recommandé pour avoir une bonne réputation auprès des partenaires et cibles. Pour trouver une société qui pourra répondre à vos exigences, n’hésitez pas à faire un comparatif des meilleures offres en ligne. C’est rapide, gratuit et efficace !

Note globale

Variété des services
Prix effectués
Qualité de l’accueil
Réactivité