Accueil > creation et gestion d'entreprise > Les étapes de création d’une entreprise

Les étapes de création d’une entreprise

Projetez-vous de créer une entreprise ? Sachez que vous devez effectuer plusieurs démarches administratives pour cela. Ces étapes doivent être réalisées dans l’ordre pour la réussir et obtenir l’extrait Kbis final de votre enseigne.

Définir son siège social  

Définissez en premier le siège social de votre entreprise. Vous avez plusieurs possibilités pour cela, le faire chez vous dans votre adresse personnelle, le domicilier dans une pépinière d’entreprises ou dans un local commercial. Le dernier et le plus judicieux est la domiciliation commerciale par le biais d’une société de domiciliation. En effet, le premier choix risque de mélanger la vie privée et vie professionnelle de l’entrepreneur et peut lui faire perdre toute crédibilité aux yeux de ses clients et potentiels investisseurs. Louer un local peut en outre s’avérer coûteux, contrairement à la domiciliation commerciale qui est très abordable et permet de profiter d’autres services complémentaires. Dans cette optique, COMPARADOM a plusieurs adresses prestigieuses à vous proposer.

Choisir son statut juridique

Choisissez ensuite le statut juridique de votre société, une étape également déterminante car pouvant impacter positivement ou négativement sur le développement de votre enseigne. Sur lui dépendent en effet, la responsabilité juridique des ses gérants, les chances d’obtention de financements, la distinction de pouvoirs entre associés, etc. Vous avez ainsi le choix entre les sociétés et les sociétés unipersonnelles et les micro-entreprises. Les premières comprennent la SARL, la SAS, la SA, la SNC et autres et la seconde, l’EI, la micro-entreprise, l’EUR et la SASU.

Déposer son capital

Une fois le capital social de votre entreprise réuni, déposez-le sur un compte bancaire bloqué ou auprès d’un notaire et recevez en retour un document qui atteste de cette opération. Certaines formes juridiques ne nécessitent pourtant pas cette étape, la raison de bien vous renseigner auparavant. Le montant du capital social à bloquer varie aussi suivant le type de statut juridique choisi. Quoi qu’il en soit, il incombe à la personne qui agit au nom de la société et qui a accès aux fonds provenant des apports en numéraire de se charger de ce dépôt.

Constituer son dossier

Constituez ensuite  le dossier de demande d’immatriculation à adresser au Greffe du Tribunal de Commerce et intégrez diverses pièces dedans. On en cite un formulaire M0, un exemplaire original des statuts datés, paraphés et signés et l’attestation de dépôt de fonds sur un compte bloqué. Mettez-y aussi l’acte de nomination du dirigeant de l’entreprise, une copie qui atteste la publication de sa constitution dans un JAL ou le document qui prouve l’adresse de domiciliation de l’enseigne.

S’acquitter des frais administratifs

Acquittez-vous également des frais relatifs aux démarches administratives nécessaires à l’immatriculation de votre entreprise. En effet, quel que soit le statut choisi, plusieurs d’entre elles sont payantes. C’est le cas des formalités d’immatriculation qui nécessitent le paiement des frais de Greffe. Pour les EIRL ou les SASU, c’est 28 euros environs. Pour les SAS, SARL, SA et SNC qui exercent des activités commerciales, c’est 41, 50 euros. L’immatriculation sans BODACC, indispensable à plusieurs sociétés telles que les SEL, GAEC et CUMA, nécessite la somme de 74, 10 euros. La publication d’une annonce légale est également payante, mais dépend de sa longueur à cause des mentions obligatoires qui doivent s’y trouver selon le statut juridique choisi. Son montant varie aussi selon le tarif du journal, mais se situe généralement en 70 et 200 euros.

Immatriculer l’entreprise

Immatriculez ensuite votre société, une étape obligatoire en France, son numéro devant être obtenue pendant son inscription dans le RCS auprès du Greffe du Tribunal de Commerce du département où elle est implantée. Le numéro SIREN remis par l’INSEE et l’obtention de l’extrait Kbis attestent cette immatriculation. Ainsi, votre entreprise peut bénéficier de droits et devoirs relatifs aux sociétés et sociétés unipersonnelles qui exercent une activité commerciale.

Recevoir son extrait Kbis

Recevez enfin son extrait Kbis, le document d’identité de votre société, qui devrait être envoyé par le Greffe du Tribunal de Commerce une fois les formalités d’immatriculation terminées. Toutes les informations concernant l’enseigne s’y trouvent, mais on peut aussi les consulter sur simple demande.

Vous constatez ainsi que la création et constitution d’une entreprise n’est pas une mince affaire, car requiert un certain nombre de formalités administratives à remplir. Complexes et chronophages, elles nécessitent parfois l’assistance d’un tiers expert, des professionnels dans le domaine.

Note globale

Variété des services
Prix effectués
Qualité de l’accueil
Réactivité