A quels financements peut-on prétendre lors de la création d’une start-up ?

Accueilcreation et gestion d'entrepriseA quels financements peut-on prétendre lors de la création d’une start-up ?
  • A quels financements peut-on prétendre lors de la création d’une start-up ?

Variété des services
Prix effectués
Qualité de l’accueil
Réactivité
Numéro d'Agrément

Description de A quels financements peut-on prétendre lors de la création d’une start-up ?

Quand on crée une start-up, on pense automatiquement à la levée de fonds, l’étape la plus difficile et complexe à réaliser. Si tel est votre cas, découvrez toutes les opportunités qui vous sont offertes pour cela.

Les probables causes de l’échec d’une start-up

Si certaines start-ups n’ont pas réussi à lancer et développer leurs activités, c’est peut-être par manque de financement. En effet, c’est généralement la seconde raison de défaillance de ces entreprises innovantes, la raison pour laquelle il faut être assez convaincant envers ses partenaires financiers et bancaires pour en disposer suffisamment. Une entreprise, start-up ou pas doit effectivement savoir dépenser intelligemment, ce, selon ses revenus pour survivre. Elle peut aussi recourir à plusieurs sources de financement pour ne pas se retrouver sur la paille. Cependant, contrairement aux entreprises habituelles, une start-up, via son business model, doit avoir obtenu l’aval des investisseurs pour lancer son activité. Son succès dépend ainsi en grande partie du soutien de ses investisseurs qui ont confiance à la réussite de son projet. Si ceux-ci manquent pourtant un peu en France, d’autres alternatives existent grâce auxquelles financer votre start-up selon la nature de votre projet et vos besoins.

Les apports financiers personnels et familiaux

La première chose à laquelle on pense pour financer son start-up est de se servir de ses économies personnelles. Sinon, on recourt à l’aide des membres de sa famille ou de ses amis pour réaliser son projet. La première option s’avère pourtant relativement dangereuse, car pouvant mettre en péril sa propre stabilité financière ou celle de ses proches. Il en est de même pour la seconde option quoiqu’on appelle cela love money, un capital risque qualifié de première levée de fonds. Généralement, on y a recours avant de chercher d’autres sources de financement. En cas d’échec, on doit ainsi s’attendre à des disputes familiales. Le mieux est donc de se servir de cette love money dans le cadre d’une augmentation de capital au lieu de constituer avec, le capital de lancement de sa start-up. En effet, cela présente moins de risque et permet de prouver que l’investisseur a entièrement confiance en ceux qui ont recours à ses services.

Les financements bancaires, de business angels et aides publiques

La seconde source de financement à laquelle une start-up peut faire appel est le crédit bancaire. Certains jeunes créateurs d’entreprise ne disposent pourtant pas de la solidité financière qui permet de l’obtenir ni des garanties indispensables pour cela. C’est sans compter sur le contexte économique plutôt difficile actuel. De plus, certaines offres de crédits bancaires ne s’adaptent toujours pas aux conjonctures entrepreneuriales ni aux nouvelles formes d’entreprises, dont les start-ups. C’est pourquoi faire appel aux sociétés spécialisées ou aux business angels est mieux.

Ce sont des associations de personnes physiques qui investissent leurs argents dans des projets innovants. Elles participent de manière minoritaire au capital de ceux-ci en croyant en leur potentiel de développement. Elles font aussi profiter aux jeunes entrepreneurs de leurs conseils, compétences et expériences, de même pour leur réseau de contacts pour y parvenir. Rien qu’en 2016, 400 entreprises françaises se sont développées grâce à l’aide de 4 500 business angels répertoriés en plus de 70 réseaux.

Il y a enfin les aides publiques auxquelles les start-ups peuvent prétendre lors de leur création. Ce sont des dispositifs fiscaux qui réduisent entre autres les cotisations sociales. On en cite l’ACCRE, le NACRE ou les allègements fiscaux dédiés aux entreprises domiciliées dans les zones rurales. La Banque Publique d’Investissement et le Conseil régional en offrent aussi.

Les financements les plus célèbres pour les start-ups

Les fonds propres et le crédit bancaire sont ainsi les financements préférés des start-ups, avant les business angels, les plateformes de crowfunding et les nouveaux investisseurs. Ils n’ont recours aux aides publiques que de manière ponctuelle ou par le biais d’une réduction d’impôts. Actuellement, le gouvernement français encourage l’entrepreneuriat dont les start-ups. En effet, ces derniers ont moins de chance d’échouer si comparés aux entreprises classiques, ce qui prouve leur stabilité et perfectionnement, issus des dispositifs de financement dont ils bénéficient.

N’oubliez pas qu’au même titre des entreprises habituelles, la création d’une start-up nécessite la disposition de son siège social. Celui-ci doit être domicilié dans une adresse prestigieuse pour qu’on puisse mieux juger du sérieux et du professionnalisme de l’enseigne. COMPARADOM est l’un des plus grands comparateurs de sociétés de domiciliation d’entreprises en ligne, recourez à ses services pour la domiciliation de votre start-up.

Consultez aussi les avis de :